La transmission

du virus

 

Le VIH se transmet seulement par le sang, le sperme et les sécrétions vaginales car le virus y est en grande quantité.

Pour pénétrer dans l’organisme, il doit trouver une porte d'entée : rapports sexuels non protégés, lésions des muqueuses (gland, anus, bouche, vulve), plaies ou piqûres.

Le virus est présent dans le liquide séminal (la goutte du début de l'érection), présent aussi dans le sang des règles.

 

      La transmission du virus d'une mère contaminée à son enfant se fait pendant la grossesse ou au cours de l’accouchement. Un enfant sur cinq né d'une mère contaminée deviendra séropositif

 

     De nombreuses personnes pensent que le S.I.D.A se transmet seulement par voie sexuelle alors qu'il se transmet également par voie sanguine. Par exemple, les échanges de seringues ou encore les transfusions.

     Les toxicomanes qui utilisent la seringue d'un autre toxicomane porteur du VIH sont pratiquement sûrs d'être infectés, car la transmission de sang à sang est la plus directe.

 

 

 

    Comportements à risques :

 

Les relations sexuelles sans préservatif, avec pénétration anale ou vaginale sont le mode majeur de transmission du virus, autant pour les hommes que pour les femmes.

Le risque d'infection par le VIH augmente avec le nombre de partenaires, mais un seul rapport non protégé avec une personne atteinte peut suffire pour être contaminé.

Les seringues ou aiguilles souillées de sang peuvent, si elles sont partagées, transmettre le virus. Ceci concerne en Europe essentiellement les utilisateurs de drogues injectables.

Quant aux plaisirs amoureux de la bouche avec le sexe ou l'anus, les quelques cas de contamination de ce type n'ont pu être vérifiés.

 

Le préservatif est la seule protection efficace. Rappelons que le test du dépistage ne protège en rien du S.I.D.A.

 

                                                                                                                                                         Sommaire